mercredi, 28 juin 2017

Apnée du Sommeil

Le Syndrome d’Apnées Obstructives du Sommeil (SAOS) est une pathologie qui touche environ trois millions de personnes en France. Le SAOS survient plus fréquemment chez les hommes (2/3) que chez les femmes (1/3). La plupart des personnes atteintes de SAOS l’ignorent. Le plus souvent ce sont les personnes de l’entourage qui détectent les premiers signes. 

Cette pathologie résulte de l’obstruction par la langue des voies respiratoires au niveau du pharynx. La langue relaxée va s’affaisser contre les parois du pharynx lors de l’inspiration au cours du sommeil, entrainant des épisodes d’asphyxie. Dans certains cas, le patient va alors se réveiller une fraction de seconde (micro-éveil), inspire, puis se rendort. 

Chez l'adulte

Fotolia 55532967 XS part

L’obstruction des voies respiratoires est multifactorielle. Elle peut notamment être due au volume excessif de la langue, à la perte de tonicité de ses muscles et à des facteurs anatomiques telles que des déformations oro-maxillo-faciales. Elle est largement favorisée par le surpoids et le vieillissement.

A partir de 10 apnées par heure le SAOS est considéré comme une pathologique modérée. Au delà de 30 apnées par heures, elle est considérée sévère. De tels arrêts respiratoires fatiguent le cœur et entraînent un défaut d’oxygénation de l’organisme, avec pour conséquences des risque de complications cardiovasculaires (infarctus, AVC, hypertension artérielles …), métaboliques (diabète, obésité …) ou neurologiques (dépression, troubles de la libido, …).

Les micro-éveils respiratoires empêchent la phase réparatrice du sommeil. Ils entrainent une fatigue importante le jour qui peut conduire notamment à des troubles du comportement, au manque d’attention, à des difficultés de concentration, à l’endormissement. Si la personne ronfle régulièrement et si elle présente l’un de ces symptômes, il peut s’agir d’un SAOS. Parlez-en à votre médecin. Un enregistrement nocturne du sommeil sera effectué pour déterminer le type et la gravité du trouble. 

CMLa rééducation de la langue a montré une certaine efficacité dans la réduction des apnées du sommeil. Toutefois, cette approche, en complément de traitements classiques, est directement liée à l’observance de la rééducation.
Dr. Mauclaire

Chez l’enfant

Fotolia 41471055 XSEntre 6 et 7 ans, près de 7% des enfants font de l’apnée du sommeil. Un enfant qui ronfle a des chances accrues de présenter une apnée du sommeil mais ça n’est pas le seul symptôme à prendre en compte. Une respiration bruyante pendant le sommeil ainsi que des arrêts de la respiration sont des symptômes d’un SAOS. L’hypertrophie des amygdales, conséquence d’une respiration buccale et le surpoids sont des facteurs favorisant le SAOS chez les enfants.

La cause majeure de l’apnée du sommeil reste une dysfonction de la langue. Le passage de l’air est obstrué par le nez et réduit par la bouche à cause des amygdales dilatées. Pendant le sommeil, la langue va de temps en temps s’affaisser au fond de la bouche et obstruer le passage de l’air. L’apnée est considérée comme modérée au delà d’une apnée par heure et sévère au delà de 5.

Les conséquences de l’apnée du sommeil sur le développement physique et intellectuel de l’enfant peuvent être très importantes. L’enfant dort mal et se réveille généralement très fatigué. Il a des difficultés d’attention et de concentration qu’il compense par une hyperactivité insupportable pour l’entourage. L’oxygénation, notamment du cerveau est insuffisante, ce qui peut avoir des répercutions importantes sur son développement intellectuel. L'attention doit être porter sur la qualité du sommeil de l'enfant (respiration par la bouche, ronflements, arrêts dans la respiration, réveils fréquents, agitation, cauchemars, sueurs, mouvements anormaux, somnambulisme, énurésie). Dans ce cas, n’hésitez pas à consulter un spécialiste pour diagnostiquer la pathologie et mettre en place un traitement adapté.

CMLa langue étant généralement à l’origine de l’obstruction nasale et du pharynx, une étude a montré qu’une rééducation de la langue entrainait des résultats durables pour les traitements du SAOS chez les enfants. A contrario, l’absence de rééducation entrainait des récidives.
Dr. Mauclaire

  

Suivez-nous sur les réseaux !

  

  

  

Collaboration

Le challenge vous interesse ? Des opportunités sont ouvertes

contactez-nous

Formation

Tongue Lab travaille avec des organisations de formation pour les praticiens.

contactez-nous

Partenaires

Tongue Lab recherche des partenaires industriels et commerciaux.

contactez-nous

Investisseurs

Investir dans le sommeil, gagner en santé dès cette nuit !

contactez-nous

Médias

Découvrez l'approche innovante de Tongue Laboratory.

contactez-nous